PaySud mag





23/03/2019

géothermie tribune

En réponse au projet de Programmation pluri-annuelle de l’Energie précisant que le soutien à la production d’électricité renouvelable à partir de géothermie sera supprimé, la filière de la géothermie française prend position auprès des décideurs.
L’Association française des Professionnels de la géothermie aux côtés du Syndicat des Energies renouvelables (SER), d’AMORCE et de la FEDENE rappellent dans cette tribune l'importance de poursuivre le développement de ce secteur technologique fondé sur une énergie renouvelable capable de contribuer à la transition énergétique des territoires et de pourvoir à terme à la production de lithium extrait lors des process d’exploitation d’une centrale géothermique. Voici de larges extraits de cette lettre ouverte.


"Notre pays s’est fixé l’objectif ambitieux d’une transition énergétique tournée vers un modèle durable, à faible impact carbone et respectueux de l’environnement. La France, pays aux ressources naturelles en nombre, stratégiquement attaché à son indépendance énergétique et à l’équilibre de ses territoires doit, pour réaliser cette ambition, s’appuyer sur les potentiels d’énergies renouvelables que recèlent chacune de ses régions.
L’énergie géothermique fournie par le sous-sol français représente un formidable réservoir naturel et une solution durable en plein essor. À partir d’une énergie présente localement, elle permet de produire à la fois de l’électricité et de la chaleur, par des installations parfaitement intégrées dans le paysage, au service des réseaux de chaleur urbains, des process industriels et dans les zones rurales en soutien notamment à l’agriculture.
Les professionnels de la géothermie profonde et les collectivités territoriales notamment au sein des régions de la vallée du Rhône, l’Alsace, l’Auvergne et les Pyrénées, très engagés dans le développement de projets géothermiques, appellent donc au maintien d’un cadre public favorable au développement de cette solution énergétique durable pour l’avenir des territoires, dont certains n’ont que cette énergie du sous-sol pour réussir leur transition énergétique. La géothermie profonde électrogène doit avoir sa place dans le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie actuellement en cours d’élaboration, qui détermine le cadre pour réaliser les ambitions énergétiques
Aujourd’hui, un soutien de la puissance publique au travers d’une rémunération de la production électrique par géothermie reste indispensable au développement de cette énergie renouvelable.
La production d’électricité est la condition économique nécessaire au développement de la production de chaleur renouvelable : les investissements très importants réalisés pour cette technologie encore en voie d’industrialisation ne peuvent trouver d’équilibre financier à court terme (....)
En synthèse, il est important que la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) soutienne la géothermie profonde par un complément de rémunération de l’électricité produite :
- une production d’électricité renouvelable rémunérée pour permettre la production de chaleur renouvelable,
- le soutien aux collectivités en charge d’organiser la transition énergétique de leurs territoires,
- le besoin de stabilité du cadre légal pour la mise en confiance des investisseurs,
- la nécessité d’encourager une filière émergente, participant à l’indépendance énergétique et au rayonnement des savoir-faire français,
- le potentiel de création d’un approvisionnement national en lithium.
-Une dégressivité du complément de rémunération actuel au fur et à mesure du développement des projets pour rejoindre les ENR économiquement matures. Ce cadre favorable qu’opérateurs industriels et collectivités territoriales appellent de leurs voeux, est une réponse responsable au service du développement économique durable des territoires, dans un environnement où la lutte contre les effets climatiques trouvera sa force dans la cohésion territoriale de notre pays."

21/03/2019

agriculture banque populaire prix

La 26ème cérémonie des Prix de la Dynamique Agricole du département de la Gironde de la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique a fait des heureux. Les prix accordés par cette banque mettent en lumière des exploitants dont le parcours, le savoir-faire, la vision ou les projets se démarquent.
Près de 100 personnes étaient présentes au siège de la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, à Bordeaux, pour assister à cette remise de prix organisée par Christophe Rieunier, directeur de la filière Agriculture de la banque et Xavier Mesnier, directeur de l’agence Agriculture Gironde.
La remise des trophées (et d’une enceinte Bose) a ensuite eu lieu devant une salle comble.

  • Ont été récompensés:

• Catégorie Initiative collective : ASS CUMA BENIN (Coulounieix, 24 – culture mais, manioc et soja ) représentée par Thierry Guerin.

• Catégorie Performance technique: VIGNOBLES FAYTOUT (Castillon la Bataille, 33 – viticulture) représentée par Pierre Faytout.

• Lauréat de la Création d’entreprise agricole: EARL VIGNOBLE FLORIAN BOUCHON (Pujols, 33 – viticulture) représentée par Florian Bouchon.

• Lauréat de la Valorisation et l’innovation: SARL ROUDIER TRANS AGRI TP (St Ciers sur Gironde, 33 – céréaliers, activité de séchage) représentée par Aurélie Roudier.

PHOTO (BP): Françoise BRUNINI, Florian BOUCHON, Marie-Emilie SALLETTE, maire de Pujols

19/03/2019

appel conseil gilets jaunes réaction résistance

Le Conseil National de la Résistance des Gilets Jaunes demande au Président de la République de "revêtir les habits de Chef de l'Etat" et de ne "pas envenimer la situation"

Les nouveaux tours de vis et les limogeages annoncés par le Pouvoir suite à la dévastation des Champs-Elysées, calmeront-ils le jeu ou, au contraire, ne feront-ils que l'envenimer? Il s'avère en effet que le gouvernement, pas plus que le Président de la République, ne sont disposés à changer la donne par des mesures politiques fortes qui seules semblent être capables de ramener la paix dans les centres-villes et ailleurs.
******
Quoi qu'il en soit le Conseil National de la Résistance des Gilets jaune qui annonce un nouveau rassemblement pour samedi prochain Place de la République à Paris, exprime dans un nouvel appel une position qui est loin du renoncement. Il écrit notamment après avoir rappelé son opposition à toutes les violences:

  • "Nous exprimons notre vive préoccupation quant au limogeage trop rituel du Préfet de Police de Paris, ou d'autres hauts fonctionnaires, fusibles à changer par réflexe du vieux monde. Nous notons également la nouvelle nomination du Préfet de Bordeaux à Paris: le 8 mars dernier lors des rassemblements de la Journée Internationale des femmes, le Préfet Didier Lallemant (spécialiste des collectivités territoriales et chevènementiste historique- apparemment son action "territoriale" n'a pas été couronnée de succès vu les problèmes actuels) a été critiquée pour les actions brutales à Bordeaux contre des femmes venues manifester pacifiquement. Cette nomination est un facteur supplémentaire de tension".

  • Et de poursuivre:" Le Conseil National de la Résistance des Gilets Jaunes appelle solennellement le Président de la République à ne pas envenimer la situation par une répression toujours plus forte due au seul échec de sa réponse sociale et politique jusqu'à ce jour, une répression néfaste et nocive pour l'apaisement civil et l'intérêt général. Le CN appelle encore solennellement le Président de la République à revêtir l'habit du Chef de l'Etat, celui de tous les Français et non d'une caste favorisée pour défendre la France (....)
.
  • "Les réponses "politiques" comme l'allongement de la durée du travail, l'augmentation des taxes, le bradage des entreprises nationales stratégiques et rentables, les mesures contre les sans emplois (...) le seul choix d'un Etat retranché et radicalisé par déliquescence d'un pouvoir qui n'entend pas,sous les lambris dorés de la République, les cris désespérés des gilets jaunes et des millions de Français à travers eux (....)."

18/03/2019

2019 escale lecteurs livre prix

Les jurys ont choisi Julia Kerninon et David Diop

Depuis 17 ans, L'Escale du livre fait découvrir la diversité de la littérature française et étrangère, graphique et jeunesse, et celle de l’édition tant nationale qu’en région, au travers d'un festival littéraire et d'un salon du livre.
En amont de sa prochaine édition, organisée du 5 au 7 avril quartier Sainte-Croix, L'Escale du livre de Bordeaux avait pré-sélectionné cinq romans soumis au vote des deux jurys : Là où les chiens aboient par la queue, d' Estelle-Sarah Bulle (Liana Levi)- Frère d’âme, David Diop (Seuil)- Ma dévotion, Julia Kerninon (Le Rouergue)- Les poteaux étaient carrés, Laurent Seyer (Finitude)-Pense aux pierres sous tes pas, Antoine Wauters (Verdier).
Le Prix des lecteurs 2019 a été attribué à Julia Kerninon pour "Ma Dévotion"(Rouergue). Créé et organisé par l’association Escales littéraires Bordeaux Aquitaine en 2013, le Prix des lecteurs récompense chaque année un roman français, publié à la rentrée littéraire de septembre. Son écrivain doit avoir publié un maximum de 6 romans.
Julia Kerninon est docteur en littérature américaine. Son premier roman, Buvard(Rouergue), a reçu de nombreux prix, dont le prix Françoise Sagan. Le dernier amour d'Attila Kiss (Rouergue) a reçu le prix de la Closerie des Lilas en 2016. Ma dévotion est son quatrième roman.
"Ma dévotion": Quelle est la nature du sentiment qui lia toute sa vie Helen à Frank ? Il faut leurs retrouvailles, par hasard à Londres, pour qu’elle revisite le cours de leur double existence. Elle n’espérait plus le revoir –tous deux ont atteint les 80 ans –et l’on comprend qu’un événement tragique a mis fin à leur relation. Dans un retour sur soi, la vieille dame met à plat ces années passées avec, ou loin, de Frank, qu’elle aida à devenir un peintre célèbre.
Le Prix des lecteurs lycéens revient à David Diop pour Frère d'âme (Seuil). Il s'agit du portrait d’un soldat noir plongé dans les tranchées de 14-18.
David Diop est né à Paris, il a grandi au Sénégal. Il est actuellement professeur de littérature à l’Université de Pau. Il est auteur de nombreux articles sur les récits de voyage et le discours abolitionniste. Son premier roman, L’Attraction universelle est paru aux éditons L’Harmattan.
Frère d'âme: Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom.

15/03/2019

cotes grande américa pollution position prise

Le CESER Nouvelle-Aquitaine communique:
"Une nappe d’hydrocarbures pourrait atteindre les côtes de Nouvelle-Aquitaine la semaine prochaine après le naufrage du navire "Grande America" qui a sombré à quelque 300 kilomètres de La Rochelle.
Cette pollution marine, sous-marine et inévitablement côtière sur notre façade Atlantique met encore sous le feu de l'actualité la question de la prévention des pollutions. Une nouvelle fois, après notamment les naufrages de l'Erika en décembre 1999 et du Prestige en novembre 2002, les régions de l’Atlantique vont devoir subir les conséquences écologiques, économiques et sociales d’un drame qui aurait pu et dû être évité.
Depuis plus de 20 ans, le CESER Nouvelle-Aquitaine avec ses homologues français (Association des CESER de l’Atlantique) et européens (RTA, Réseau transnational atlantique) alerte sur les risques, déplore et annonce d’autres catastrophes si une politique active de prévention et de contrôle des risques du transport, assortie d’une réglementation sociale protectrice des équipages, ne devient pas réalité à l’échelle européenne. Le trafic maritime s’accompagne de risques permanents, qu’il s’agisse du transport de matières dangereuses ou encore des effets du dégazage et du déballastage.
Le CESER Nouvelle-Aquitaine souhaite rappeler les alertes formulées dans plusieurs de ses travaux sur un certain nombre de risques, nuisances et pollutions occasionnant des atteintes portées à une biodiversité toujours fragile et aux activités économiques dépendant du vivant (comme l’ostréiculture, la mytiliculture…).
Cet accident vient s’ajouter à une longue liste de catastrophes sur les côtes de l’Atlantique. Après chacune d’elles, les constats sont similaires. Même si des avancées sont constatées dans les conditions de prévention, la gestion des crises et l’indemnisation des dommages, elles restent dramatiquement insuffisantes par carence de réelles volontés politiques de contrôler les acteurs à risques.
Aucune perte humaine n’est à déplorer, le CESER s’en félicite et remercie toutes les personnes et services qui ont œuvré depuis mardi pour sauver l’équipage, et qui restent mobilisés pour contenir la marée noire.
Le CESER sera attentif aux résultats de l’enquête judiciaire qui vient d’être ouverte, afin que les responsabilités soient déterminées et que des leçons soient réellement tirées. La croissance très forte du trafic maritime multiplie le risque d’événements de cette nature, alors que dans le même temps, la taille toujours croissante des bateaux augmente l’intensité des sinistres.
A défaut d'une volonté politique forte qui passera notamment par une politique efficace de contrôle, nous serons, hélas toujours conduits à exprimer régulièrement notre indignation citoyenne face à ce type d'événements à répétition."

Paysud Mag. Responsable: Gilbert Garrouty, journaliste
Contact:info@paysud.com