PaySud mag





13/11/2019

Alain Rousset rend un émouvant hommage à Raymond Poulidor qui vient de nous quitter:


« Né il y a 83 ans à Masbaraud-Mérignat, dans une famille modeste d'agriculteurs de la Creuse, le champion cycliste Raymond Poulidor s'est éteint aujourd'hui, à Saint-Léonard-de-Noblat, en Haute-Vienne, où il avait fait ses premiers tours de roues et coulait les jours paisibles d'une retraite amplement méritée. Populaire, c'est le mot qui me vient à l'esprit au sujet de Raymond Poulidor, cycliste hors-pair aimé et soutenu par les foules, massées d'une édition l'autre au bord des routes du Tour de France et des nombreuses classiques auxquelles il a participé.

Populaire, car d'abord ressemblant au peuple qui l'applaudissait et l'encourageait. Populaire, car fidèle aux valeurs que le peuple admire chez les champions qui le représentent : simplicité, humilité, discrétion, dureté à la peine et abnégation dans l'effort. Des valeurs qui contrastaient, dans les années 1960, avec celles pleines de panache de certains de ses grands rivaux, plus titrés mais sans doute moins encouragés que lui.

De sa victoire dans la Bordeaux-Saintes en 1960, au début de sa carrière professionnelle, jusqu'à sa 6e place dans la Paris-Nice en 1977, Raymond Poulidor n'aura jamais manqué de courage et de volonté à mettre sous ses pédales pour glaner des victoires et des podiums. De nombreux podiums souvent occupés à la première marche par d'autres que lui, adversaires talentueux, et en vertu d'une certaine dose de malchance qui lui collait parfois au maillot, qui lui valurent le surnom d'éternel second. Au point de faire entrer son nom dans notre langue comme un nom commun : « être le poulidor » revenant ainsi à dire qu'on n'avait pas gagné, mais qu'on en n'était pas loin. Toujours simple et humble, il ne s'en offusquait pas, voire s'en amusait. C'est que lui savait - dans ce sport dur, ingrat et splendide entre tous - ce qu'est la différence entre un éternel second et un éternel deuxième. Et savait mieux que quiconque ce qu'il faut de peine, de travail et de courage, pour même espérer finir une seule course cycliste. Le palmarès extraordinaire de Raymond Poulidor et son mental hors du commun l'ont hissé au rang des légendes du cyclisme français, telles que Louison Bobet, Jacques Anquetil avec qui les duels furent mémorables, ou encore Eddie Merckx et Bernard Hinault. Jusqu'à la fin de sa vie, on aura noté sa présence chaque année lors du Tour de France, et lors du Tour du Limousin Nouvelle-Aquitaine dont il ne manquait aucune édition. Pour tous ces grands moments vécus, je salue bien bas la mémoire de "Poupou", qui restera l'un des plus grands ambassadeurs sportifs de notre région ».

12/11/2019

L'extension de la ligne de métro de Toulouse figure parmi les finalistes du concours international "Ita Tunnelling Awards" qui s'adresse aux acteurs de la construction et de l'utilisation de l'espace souterrain. La remise des prix doit avoir lieu le 18 novembre à Miami (USA).
Le 18 novembre prochain, les plus grands spécialistes mondiaux de l'industrie des tunnels et de la construction souterraine se retrouveront à Miami, en compétition pour les ITA Tunnelling Awards, un concours international lancé en 2015 par l'Association Internationale des Tunnels et de l'Espace Souterrain (AITES). Tous les ans, ce concours cherche et récompense les plus grands projets qui émergent à travers le monde, les technologies les plus innovantes ou encore l'utilisation la plus originale des espaces souterrains. La journée du 18 novembre sera consacrée à la présentation des projets finalistes, suivie d'un dîner de gala pendant lequel seront remis les trophées.
Le projet toulousain est en lice dans la catégorie « Projet Technique Innovant de l'année », le projet est en compétition avec trois autres finalistes internationaux (des projets chinois sélectionnés dans la même catégorie).
La particularité de cette réalisation réside dans la construction de trois extensions de stations de métro, qui ont nécessité de retirer les parois du tunnel tout en maintenant le métro en service. L'une des complexités de l'opération était de limiter les inconvénients pour les passagers et de garantir les exigences d'accessibilité et de sécurité d'un métro automatique. Cela devait être fait en minimisant autant que possible les perturbations causées par les travaux sur l'environnement très urbain.
Une coque intérieure en acier a été placée autour du tunnel au cours de l'été 2017 et retirée à l'été 2018. Ce dispositif a permis d'isoler le périmètre de travaux du métro en opération. Cela a rendu possible la construction des parois moulées, l'excavation des deux côtés du tunnel et la découpe du revêtement du tunnel dans la zone d'extension des stations. Pendant toute la durée des travaux, les 220 000 passagers de la ligne A ne se sont pas rendus compte qu'ils se rendaient au cœur d'un chantier de construction souterrain et n'en ont subi aucune conséquence.
Le coût global du projet s'élève à 15 millions d'euros.



08/11/2019

Ce 8 novembre 2019, les représentants de l'Entente pour le canal du Midi - Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, Dominique Salomon, vice-présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée représentant la présidente Carole Delga, Thierry Guimbaud, directeur général de Voies Navigables de France et les représentants des présidents des départements de l'Aude, de la Haute-Garonne, de l'Hérault et du Tarn, ont signé un contrat-cadre pour la préservation et le développement du canal du Midi et la valorisation de ses territoires pour la période 2019-2021.
Ce contrat-cadre organise notamment le soutien financier des projets qui visent à préserver et valoriser le canal du Midi. Il rappelle les priorités d'actions, autour de 6 axes :

  • Préserver le patrimoine constitutif du bien « Canal du Midi ;"
  • Promouvoir, faire vivre et transmettre la Valeur Universelle Exceptionnelle du canal du Midi ;
  • Développer le potentiel touristique du canal du Midi et de ses territoires en valorisant ses attributs culturels et patrimoniaux ;
  • Faire du canal du Midi un levier du développement économique des territoires ;
  • Agir pour l'attractivité et la vitalité des « territoires du canal » ;
  • Faire du canal du Midi, un laboratoire d'innovation.
Par ailleurs, lors d'un comité stratégique qui s'est tenu le même jour, les orientations stratégiques du futur plan de gestion du Bien « canal du Midi » (UNESCO) ont été validées par les membres de l'Entente pour le canal du Midi, ainsi que par les représentants des 16 intercommunalités concernées. Elles visent à préserver l'ouvrage proprement-dit, et, conséquence de son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO, à organiser le développement cohérent, équilibré et soutenable des territoires par les retombées économiques qu'il engendre, à consolider sa gouvernance et à assurer la promotion et la transmission de la valeur universelle exceptionnelle portée par le canal du Midi.
De plus, les partenaires ont fait un point de situation sur des actions structurantes à venir :
-La réalisation d'un prochain tronçon de la véloroute le long du canal dans l'Aude, entre Argeliers et Argens-Minervois, dont les travaux vont débuter en 2020.
-Le lancement d'une stratégie de définition et de valorisation de l'identité du canal du Midi. L'objectif est de définir une stratégie commune (au niveau de l'Entente pour le canal du Midi), pour prévoir une démarche cohérente de valorisation du canal du Midi, concernant le patrimoine et le tourisme. Elle débouchera sur un contrat de destination touristique, et pourrait se traduire, par une marque territoriale du canal du Midi et une identité graphique homogène.

L'État, la Région et voies navigable de France ont en outre annoncé leur souhait d'intégrer le canal du Midi dans le futur contrat de plan État-Région 2021-2027.
(D'après le communiqué)

08/11/2019

Pas moins de 22 sites de la région bordelaise viennent d’être récompensés par un Best Of Wine Tourism 2020. Ces trophées distinguent la qualité de l’accueil et l’intérêt des prestations proposées par les lauréats. Sept Best Of d’Or ont été remis et le Château de La Dauphine a été sacré « International Best Of Wine Tourism 2020 ». La remise des prix s’est tenue le 7 novembre lors du dîner de clôture de la conférence annuelle des 20 ans du réseau Great Wine Capitals. A noter que le public est maintenant appelé à décerner son « People’s Choice Award », en votant du 8 au 25 novembre sur greatwinecapitals.com
PALMARÈS BEST OF WINE TOURISM 2020
ARCHITECTURE ET PAYSAGES
Le Cloître des Cordeliers (or)
Château de Camarsac
Château Tour Saint Christophe

ART ET CULTURE
Château Malromé (or)
Château la Dominique
Château de Ferrand

VALORISATION PRATIQUES ENVIRONNEMENTALES
Vignerons de Tutiac (or)
Château Angludet
Château d’Eyran

HEBERGEMENT A LA PROPRIETE
Château Pont Saint-Martin (or)
Château Malescasse
Château Pape Clément

RESTAURATION A LA PROPRIETE
Château Lafaurie-Peyraguey (or)
Château Malartic-Lagravière

DECOUVERTE ET INNOVATION
Château de La Dauphine (or) et International BOWT
Château de Reignac
Château la Tour Blanche
Château de Seguin

SERVICES OENOTOURISTIQUES
Château Larrivet Haut-Brion (or)
Camping Saint-Emilion
Tendance Sud

COUP DE CŒUR :
Château la Fleur de Boüard
Château de La Dauphine sacré International Best Of Wine Tourism- Le Château de La Dauphine a non seulement remporté un trophée d’or, mais il a également reçu le grand prix international. Ces prix récompensent l’expérience unique proposée aux visiteurs : une immersion dans l’art de vivre à la française à bord d’une 2 CV comprenant une « Visite Patrimoine » qui débute dans le parc du château. Le guide dévoile l’histoire de la propriété et de Fronsac avant de mettre le cap vers le vignoble, puis le « carrelet » en bordure de la Dordogne et la truffière. C’est sur le plus haut coteau que les visiteurs peuvent déguster trois divins breuvages accompagnés de gourmandises locales : lamproie, beurre à la truffe, magret séché, fromage de brebis basque et cannelés.
Le grand public appelé à décerner son People’s Choice Award 2020
Du 8 au 25 novembre, le grand public est maintenant invité à faire entendre sa voix dans le cadre des Best Of Wine Tourism 2020. Pour voter, rendez-vous sur greatwinecapitals.com et choisir parmi les 67 lauréats Or fraichement décernés, dont 7 Bordelais, celui qui mérite le label « choix du public ».

07/11/2019

La mairie de Bordeaux communique:
La tempête qui a touché Bordeaux et sa métropole dimanche 3 novembre a généré de nombreux dommages sur les sites arborés de la ville. Météo France avait enregistré des rafales de vent atteignant 121 km/h. Les équipes de la Direction des espaces verts de Bordeaux ont été mobilisées immédiatement pour contrôler et sécuriser les arbres fragilisés sur la voie publique, les parcs et jardins, les cours d’école, les résidences pour personnes âgées, etc. Les opérations de vérification se poursuivent, plusieurs espaces verts restent fermés comme le Parc bordelais.
Depuis dimanche, les agents des espaces verts ont mené plus de 400 interventions. Il faudra encore plusieurs jours pour retrouver une situation normale, d’autant plus que les fortes pluies vont continuer. Les sols détrempés par la pluviométrie accrue de ces derniers jours modifient les propriétés mécaniques des arbres, en diminuant la résistance aux efforts transmis par les racines en cas de vent fort. Autre facteur aggravant, cette tempête arrive tôt dans la saison, alors que les arbres ont encore une importante masse de feuilles offrant une forte prise au vent.
Nombreux tilleuls et pins touchés
Si l’inventaire des dégâts n’est pas encore finalisé, on recense déjà 145 arbres déracinés, un chiffre en évolution car plusieurs sujets fragilisés restent instables. Les travaux de sécurisation vont se poursuivre sur l’ensemble de la ville, notamment :
- place des Quinconces, 2 platanes dangereux vont devoir être supprimés (dimanche, une grosse branche de l’un d’entre eux a écrasé une caravane vide en stationnement) ;
- esplanade Charles de Gaulle à Mériadeck, une dizaine d’arbres basculés ont été enlevés ;
- place du 11 novembre, 2 platanes fragilisés dangereux vont subir une taille de sécurité.
- au Parc bordelais, une quinzaine d’arbres ont basculé et de nombreuses branches ont été cassées ;
- square St Amand à Caudéran, un gros tilleul est en cours de basculement ;
- rue Albert Thomas, 2 frênes ont été fortement déstabilisés avec une inclinaison dangereuse.
- place Charles Gruet, un des micocouliers a perdu une importante branche charpentière. Son maintien est fortement compromis en raison d’un champignon lignivore suivi depuis une dizaine d’années. Un programme de sécurisation avait été mis en place ces dernières années, mais la rupture de cette branche révèle une affection importante avec une forte virulence.
Suite à cette tempête, de multiples replantations sont déjà programmées à Bordeaux et seront réalisées dès l’hiver prochain.


Paysud Mag. Responsable: Gilbert Garrouty, journaliste
Contact:info@paysud.com