PaySud mag





07/08/2020

La jaunisse transmise par un virus transmis par les pucerons fait dépérir la betterave sucrière, tandis que taupin et mouches s'attaquent au maïs. En cause l'interdiction de certaines substances pesticides

Ces cerniers temps la guerre a été déclarée à l'usages des pesticides en agriculture. Mais la société, comme le législateur ont oublié que la nature n'a pas que des bons côtés, et que pour vivre ou survivre, l'homme a besoin de combattre des adversaires.
Ainsi depuis deux ans, les producteurs français de betteraves ou de maïs n’utilisent plus de produits phytosanitaires contenant des substances de la famille des néonicotinoïdes, contrairement à leurs concurrents européens qui ont recours aux dérogations prévues par le droit européen. Conséquence le ministère de français de l'agriculture est contraint de mettre sur pied un plan de soutien au secteur betteravier aux prises avec la jaunisse, une maladie due à un virus transporté par un puceron qui ne peut plus être éliminé. Les rendements pourraient être amputés de 30 à 50%. Or, la France est le premier producteur de sucre européen. Le secteur concerne 46 000 emplois dont 25 000 agriculteurs et 21 sucreries.
"La campagne 2020 a démontré que les alternatives techniques aujourd’hui disponibles se sont révélées inefficaces pour la culture de la betterave, en particulier dans les conditions climatiques du début de l’année 2020" constate le ministère qui se montre favorable à une révision sous conditions de l'interdiction.
De son côté l'AGPM estime que " la voie dérogatoire pour l’accès aux solutions efficaces doit également être ouverte pour la culture du maïs". La filière maïs constate en effet la recrudescence des parasites tels que le taupin ou les diverses mouches (mouches des semis, oscinies, géomyzes). L'AGPM ajoute:
"l’interdiction anticipée des insecticides néonicotinoïdes, sans réelle solution alternative est une folie. Ces décisions, pour lesquelles la balance bénéfices-risques a été négligée, et que nous avions dénoncées, aboutissent années après années à des pertes de compétitivité de notre production. Elles ouvrent la voie aux importations de maïs dans l’UE qui, rappelons-le, ne respectent pas les normes de production des agriculteurs français. C’est l’abandon de notre agriculture : tout le contraire de la souveraineté alimentaire."

05/08/2020

Marché des 2000 confitures reporté à 2021, mais championnat du monde de la confiture maintenu les 22 et 23 août

Après avoir étudié différents scenarii face à l’évolution de la situation sanitaire, les membres de l’Association des Confituriades et les élus du conseil municipal de Beaupuy (Lot-et-Garonne) ont tranché : le marché aux 2 000 confitures, et ses différents rendez-vous, sont reportés en 2021 mais le Championnat du Monde de la Confiture se déroulera comme prévu en août (les 22 et 23).
Les confitures seront soumises aux palais avertis du jury qui se réunira, comme à l’accoutumée à huis clos, et dans le respect des règles sanitaires.
Placé sous le haut patronage du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, le concours confirme sa renommée internationale avec la participation régulière de l’Argentine, la Belgique, le Chili, la Colombie, l’Espagne, le Japon, le Mexique, les Pays-Bas, le Sénégal et Taiwan. La Suisse et l’Uruguay vont faire cette année leur entrée dans la compétition.

  • LE JURY
Le jury sera présidé par Bruno Oliver, également parrain de la manifestation.
A ses côtés, fidèles parmi les fidèles, on retrouvera Alain Bornat, boulanger et chef pâtissier, Arnaud Labodinière, chef de cuisine et Carole Lebagousse, critique culinaire.
Nathalie Tavares, chargée du concours Saveurs Nouvelle-Aquitaine à l’AANA, Agence de l’Alimentation Nouvelle-Aquitaine et Frédéric Jaunault, Meilleur Ouvrier de France Primeur 2011, les rejoindront pour cette 12ème édition.
Ils sont répartis, par tirage au sort, en deux trinômes. Chaque confiture, dégustée à l’aveugle, est présentée dans une coupelle individuelle, transparente, identique, numérotée et lettrée, selon la chronologie du listing des candidats et sa catégorie « traditionnelle » ou « insolite ». Les candidats sont départagés par un système d’attribution de points et de coefficient notamment sur des critères de couleur, aspect, consistance, texture, goût, saveur...
Rendez-vous le 22 août pour la proclamation des résultats.

31/07/2020

Du 25 Juillet au 27 septembre 2020 : exposition collective tout l'été à Bergerac à la Galerie Bénédicte Giniaux

Une galerie d’art où dominent rêve, poésie, tendresse, humour et témoignages, signés par des artistes engagés dans leur création, dont la réputation de certains existe bien au-delà de nos frontières. Au cœur du quartier historique de Bergerac, la galerie Bénédicte Giniaux présente en alternance le travail d’une vingtaine d’artistes permanents. Du petit au grand format, les œuvres sont en bronze, terre cuite, raku, fer, acier corten, inox, bois, fusion de verre, gravure, dessin, collage, pastel, acrylique, huile, photographie. L’art figuratif personnalisé et stylisé y est plus particulièrement exposé, décliné en différents thèmes : le monde des humains et des animaux, le voyage, le nu, les scènes de vie et les natures mortes. Plusieurs œuvres abstraites sont également présentées.

Bénédicte Giniaux - « Je travaille depuis toujours avec des artistes dont la sensibilité et les techniques de création me passionnent. J’apprécie leur investissement, leur engagement, leurs démarches artistiques ainsi que le regard qu’ils portent sur leur travail. Certains sont présents depuis le début de mes activités (1994) et lorsque de nouveaux artistes intègrent la galerie, mes critères de sélection visent le long terme et sont majoritairement liés à leur parcours professionnel. Toutes les sculptures et tous les tableaux sont des pièces uniques. Les bronzes, tirés en série limitée et numérotée, sont des épreuves originales. Je n’ai jamais accepté de présenter des résines, ni en intérieur, ni en extérieur. Les œuvres sont techniquement très maitrisées, et je délivre toujours un certificat d’authenticité accompagné d’une présentation de l’artiste ou d’un catalogue ».

(D’après le communiqué)

Photo BG : Bénédicte Giniaux dans sa Galerie Bergeracoise
Exposition collective tout l’été jusqu’à fin septembre à Bergerac en Dordogne.
Ouverture du mercredi au dimanche de 15h30 à 19h30 et sur rendez-vous tous les matins, les lundis et mardis.

  • Galerie Bénédicte Giniaux
    3 Place du Docteur Cayla - Centre historique - 24100 Bergerac (Dordogne)
Plus d’infos : www.galeriebenedicteginiaux.fr

30/07/2020

Le groupe coopératif lot-et-garonnais modernise sa com

Un nouveau logo, un nouveau site internet et un nouveau projet d’entreprise pour le groupe Terres du Sud. La première coopérative agricole de Lot-et-Garonne, et acteur majeur du Sud-Ouest, fait peau neuve et affiche haut et fort son ambition : être un facilitateur pour accompagner ses 6 000 agriculteurs adhérents dans leur quotidien et les aider à faire face aux différents enjeux rencontrés.
Avec son nouveau projet d’entreprise « Développeur de Terroirs », la nouvelle stratégie du groupe Terres du Sud a comme premier engagement l’accompagnement des agriculteurs pour leur permettre de vivre durablement de leur travail. Elle répond aux exigences actuelles de la société pour construire l’agriculture de demain, à la fois compétitive économiquement, responsable socialement et respectueuse de l’environnement et du bien-être animal.
En lien avec son histoire, le nouveau logo du groupe conserve les codes de Terres du Sud – le carré et le cercle qui forgent sa reconnaissance – en les modernisant pour correspondre à la transformation amorcée dans la nouvelle stratégie.
Le vert, qui exprime le monde agricole, rappelle la nature des champs et le développement durable, est plus affirmé et lumineux. Le cercle, qui symbolise le soleil et l’énergie nécessaire pour la croissance, a été agrandi et est devenu blanc pour plus de luminosité et un meilleur contraste avec le vert.
La nouvelle typographie épaisse, simple, lisible et géométrique évoque la stabilité, la sécurité et l’équilibre. Le mot « Sud », qui appuie l’ancrage du territoire, est mis en valeur grâce à la graisse et la couleur verte.
A propos du groupe Terres du Sud
Le groupe Terres du Sud (siège à Clairac, Lot-et-Garonne) voit le jour en 1992 de la fusion de 5 coopératives des départements de Lot-et-Garonne , de la Dordogne et de la Gironde qui unissent leurs compétences pour valoriser les capacités, la culture et les ressources de leurs terroirs entre Guyenne, Gascogne et Périgord. Il est structuré autour de 6 branches d’activités : Végétale, Fruits & légumes, Volailles, Palmipèdes, Ruminants et porcs et Distribution.
En chiffres : 6 000 agriculteurs adhérents, 1 497 salariés, 134 sites sur 95 communes, 572 M€ de CA et 9 M€ d’investissement sur le dernier exercice 2019
.

29/07/2020

Ouverture de deux centres de dépistage gratuit quartiers des Chartrons et du Grand Parc

La mairie de Bordeaux fait part de nouvelles dispositions prises de concert avec l'ARS dans un communiqué dont nous reproduisons l'essentiel.
"Suite à une évolution significative du nombre de cas positifs au coronavirus ces derniers jours à Bordeaux, notamment dans les quartiers Chartrons et Grand Parc, Pierre Hurmic maire de Bordeaux encourage les habitants à redoubler de vigilance et à faire preuve de responsabilité.
Une campagne de communication va être lancée par la mairie afin de sensibiliser les Bordelaises et les Bordelais au respect des gestes barrières, même dans la sphère privée.
Deux centres de dépistage gratuit vont être déployés par l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine et la Ville de Bordeaux dès ce vendredi 31 juillet (11h) et jusqu’au dimanche 9 août 2020 inclus.
Les Bordelaises et Bordelais pourront se présenter dans un de ces deux centres de dépistage, ouverts 7 jours sur 7, de 9h à 17h :
• Quartier Grand Parc : dans la cour de récréation de l’école maternelle Condorcet (18 Rue des Frères Portmann)
• Quartier Chartrons : dans la Halle (10 Place du Marché Chartrons)

Dès jeudi, une invitation sera envoyée par la CPAM de la Gironde pour inciter les habitants à se faire dépister gratuitement.
Évolution défavorable
Depuis le 12 juillet dernier, la Gironde est placée par l’ARS Nouvelle-Aquitaine en « vulnérabilité modérée », avec une « évolution défavorable des indicateurs de santé » (nombre de cas positifs, nouveaux clusters, hausse d’activité de SOS médecins, nouvelles hospitalisations Covid) ainsi qu'une « baisse des mesures de protection prises par la population ».
Six clusters sont en cours à Bordeaux, dont la moitié provient d’événements privés. L’analyse des cas confirmés montre une concentration des cas sur les quartiers Chartrons et Grand Parc, qui représentent 53% de tous les cas bordelais diagnostiqués depuis début juillet."



Paysud Mag. Responsable: Gilbert Garrouty, journaliste
Contact:info@paysud.com