PaySud mag





18/10/2019

Une résolution des présidentes et présidents du groupe de gauche de l'Assemblée des Départements de France (ADF) adoptée à l'occasion du congrès qui vient de se dérouler à Bourges, qui nous est communiquée par le département de la Gironde:
Malaise social, déficit démocratique, indispensable besoin de proximité...Le Gouvernement prétendait avoir tiré les enseignements d’un mouvement social sans précédent. Force est de constater qu’au-delà des mots et des annonces, il reste aveugle aux réalités que les Départements affrontent au quotidien.
"Sur le fond, en trois années d’exercice du pouvoir, aucun engagement n’a été tenu et aujourd’hui l’ensemble des mesures annoncées s’orientent vers, au mieux, une contractualisation purement arithmétique des politiques publiques décentralisées, au pire leur fin programmée. Sur la forme, le refus du Premier Ministre Edouard Philippe de participer au 89e Congrès des Départements de France confirme le mépris de l’exécutif à l’égard des Départements. Une fois encore il esquive un dialogue nécessaire sur les enjeux fondamentaux pour le devenir de nos territoires. Dans le prolongement d’une volonté d’une mise sous tutelle de l’État des budgets départementaux engagée avec les«pactes de Cahors», la présentation du projet de loi de finances pour 2020 met tout simplement fin à l’autonomie fiscale de la collectivité départementale ,en supprimant la taxe foncière des Départements. Nous demandons au Gouvernement de faire preuve de responsabilité,de cohérence et de respect au regard des enjeux sociaux et territoriaux auxquels les Départements de l’Hexagone et des Outre-Mers ont confrontés."

15/10/2019

Coop de France Nouvelle-Aquitaine s'est affichée en direction de la grande distribution. Plus de 130 entreprises agroalimentaires ou coopératives agricoles de de cette région se sont réunies au Château Lafitte, à Yvrac, près de Bordeaux, pour faire découvrir leurs produits à quelque 200 collaborateurs des enseignes adhérentes à la Fédération du Commerce et de la Distribution.

  • Participaient:(FCD) : AUCHAN, SYSTEME U, CARREFOUR, CASINO, CORA, PARTISANS DU GOUT, CHRONODRIVE, ainsi que METRO, TRANSGOURMET et PROMOCASH pour la restauration hors foyer.
Ce salon, co-organisé par Coop de France Nouvelle Aquitaine et l’ARIA Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec Interbio Nouvelle-Aquitaine et la FCD Nouvelle-Aquitaine, était l’occasion de mettre en avant les produits locaux et de qualité, et ainsi répondre aux attentes du consommateur fréquentant les enseignes de la distribution. En même temps une réponse par cette manifestation à un des objectifs de la Loi EGALIM, qui est de rapprocher les producteurs et la distribution pour gagner en valeur ajoutée sur la filière.
  • Un concours innovation a également été organisé et trois produits « coup de cœur » ont été mis à l’honneur. Ils étaient 11 finalistes sur 62 au départ.
    - 1er prix pour les glaces L’Angelys et leur cornet artisanal
    - 2ème prix pour Lucien Georgelin et sa sauce tomate de la région de Marmande
    - 3 ème prix pour le chocolatier Bovetti et ses tablettes dans un emballage 100 % écologique.

11/10/2019

Lors de sa séance du 10 octobre le Tribunal de Commerce de Toulouse a retenu le projet industriel présenté par le groupe Satys pour la reprise du site de peinture avion de la société ATE (Aéro Technique Espace) à Châteauroux, qui avait été placée en redressement judiciaire le 17 mai dernier.
Implantée sur l'aéroport Marcel Dassault de Châteauroux, ATE emploie une quarantaine de personnes et comprend quatre salles de peinture avion dont deux pour les gros porteurs. Ce site va permettre de compléter l'offre de services de peinture avion du Groupe Satys, acteur majeur de ce secteur et qui connaît un développement soutenu depuis plusieurs années.
Châteauroux, centre d'excellence en Europe du Groupe Satys pour la repeinture d'avions
« Châteauroux deviendra notre centre d'excellence en Europe pour la repeinture des avions long- courriers en Europe (« Aftermarket Painting») avec un objectif de 50 avions par an. Le savoir-faire du Groupe Satys allié à celui des équipes de Châteauroux nous permettra d'offrir un service de qualité et compétitif, répondant aux exigences des opérateurs aériens. Nous devrons aussi investir sur ce site. Et c'est en France que nous relevons ce défi » confie Christophe Cador, le président du groupe Satys.
« En 2019, nous aurons peint un total de 250 avions pour la seule activité repeinture d'avions et prévoyons le doublement de l'activité d'ici à 2022 », explique Thierry Melet, directeur de l'activité Aftermarket & VIP Painting du groupe Satys.
« Je tiens à souligner le rôle important qu'ont joué dans cette opération de reprise, les équipes Satys ainsi que celle site de Châteauroux de la société ATE par leur professionnalisme et leur compétence reconnue. Je remercie aussi nos clients et la région Centre-Val de Loire, propriétaire de l'aéroport Marcel Dassault de Châteauroux pour le maintien de leur confiance», souligne Christophe Cador.
A propos du groupe Satys- Satys est une entreprise française dont le siège est à Blagnac. Implanté dans 9 pays, il emploie 3200 personnes et réalise un CA de l'ordre de 260 M€. Satys est spécialisé dans le traitement de surface des avions, dont la peinture.
(D'après communiqué)


10/10/2019

La parole à l'expert (vidéo)

Alternant avec le VINITECH-SIFEL de Bordeaux (ce sera en 2020), l'autre grand salon professionnel des filières viticoles et des fruits et légumes le SITEVI, aura lieu au Parc des Expositions de Montpellier du 26 au 28 novembre. Ses animateurs et quelques uns des heureux récompensés au concours des Sitevi innovation awards sont venus en parler au cours d'une table ronde à Bordeaux. A cette occasion Gilbert Grenier, professeur à Bordeaux Sciences Agro, expert en agriculture de précision, membre du jury, a dégagé les tendances fortes qui se manifestent à travers les dossiers déposés (vidéo).
Il apparaît que l'utilisation du numérique continue à progresser à grands pas, et que l'arsenal technologique vient plus que jamais assister l'agriculteur qui parfois n'est plus qu'un simple surveillant de travaux... On constate du même coup que l'on sort plus que jamais de l'empirisme, et que l'agriculture viticole, fruitière, ou légumière, devient de plus en plus pointue et technologique, autrement dit de plus en plus raisonnée. Ce qui conduit à se dire que le bio de papa confié à l'air du temps et au Bon Dieu est mort. Car le bio moderne peut sans doute recourir, au moins à une partie, de ces nouveaux outils. Néanmoins un mouvement bio écologiste déplore cette évolution vers un bio industriel.
Mais revenons à ces tendances qui se manifestent à travers les équipements proposés: elles se rapportent aux solutions numériques, à l'adaptation au dérèglement climatique, à l'emploi parcimonieux des produits phytosanitaires, et côté produit fini, aux propositions de différenciation commerciale...
Quelques exemples:
-Sun Agri (médaille d'Or) propose un système "d'agrivoltaïsme", une installation qui combine protection des cultures contre les aléas climatiques et la production d'électricité grâce à la mise en place de panneaux photovoltaïques;
-le pressoir pneumatique Maestro de Bucher-Vaslin entièrement automatisé (médaille de bronze);
-le système d'irrigation connectée, partagée et optimisée Andromède d'Aquadoc (médaille de bronze);
-le système d'aide à la décision de Felco (médaille de bronze);
-le système de pulvérisation de précision Bliss de l'IRSTEA (médaille d'argent);
-l'unité d'oxygénation contrôlée des moûts de Paetzold (médaille de bronze);
-la polyvalence à la demande pour machine à vendanger de New Holland (médaille d'or);
- le tracteur Same Frutteto à quatre roues directrices de SDF France (médaille de bronze).

Bon à savoir: le SITEVI c'est 57000 entrées en 2017 et la présence de 65 pays; la participation de 1100 entreprises, l'exposition des matériels pour la viticulture, de plantation, fertilisation, travail du sol, arrosage, etc., des conférences, des dégustations, et divers évènements.
G.G.
Pour en savoir plus

08/10/2019

Le Conseil départemental de la Gironde communique:
Le gouvernement va annoncer le mercredi 9 octobre le lancement d’une plateforme numérique pour consulter les citoyens sur le futur revenu universel d’activité (RUA).
Mais Jean-Luc Gleyze, président du Département de la Gironde, avait déjà lancé, dès 2018, une telle consultation avec les départements engagés pour l’expérimentation du revenu de base !
Cette enquête citoyenne a rassemblé près de 15 000 contributions, qui ont apporté des réponses claires aux grandes questions que pose la fusion des prestations sociales :
- 61 % étaient pour la fin du système de sanction des allocataires,
- 71 % étaient pour l’individualisation de l’allocation,
- 39% ont situé son montant au niveau du seuil de pauvreté (845€),
- Hormis pour le RSA et la prime d’activité, les répondants se sont montrés très réticents aux fusions d’allocations, en particulier : 60% contre la fusion des APL, 61% contre la fusion de l’allocation aux adultes handicapés (AAH)…
- 88% se sont prononcés en faveur de l’ouverture aux jeunes de 18-24 ans.
Alors que le projet de RUA du gouvernement, à budget constant, risque de faire 3.5 millions de perdants, les départements continuent de défendre un revenu de base :
- sans contrepartie et avec un accompagnement renforcé,
- automatique pour résorber le non recours (ex : 35% des personnes éligibles au RSA n’en bénéficient pas),
- ouvert aux jeunes de 18-24 ans (25% vivent sous le seuil de pauvreté),
- dégressif en fonction des revenus d’activité,
- dont le financement est garanti pour ne pas faire de perdants.
Ils réclament un droit d’expérimentation pour évaluer les effets de la réforme avant toute généralisation


Paysud Mag. Responsable: Gilbert Garrouty, journaliste
Contact:info@paysud.com