PaySud mag

Le Sénat se penche sur le suicide en agriculture
L'agriculture ne va pas bien. Au niveau des exploitations, comme en tant que secteur économique. La fameuse loi EGalim ne semble pas modifier la tendance, et les prévisionnistes annoncent que la France, traditionnel pays agricole, va bientôt se retrouver importateur net de produits agricoles. La descente aux enfers a commencé il y a longtemps, mais elle s'accentue. D'où aggravation des difficultés dans les fermes dans un contexte d'attaques menées par des groupuscules mettant en cause les pratiques ancestrales. Parfois certains ou certaines craquent...
Le sujet dramatique qu'est le suicide en agriculture devient si préoccupant qu'il vient de provoquer un débat au Sénat suite à un projet de proposition de loi du sénateur de l'Héraullt Henri Cabanel. La sénatrice de la Gironde Nathalie Delattre est également intervenue au cours de cette séquence.
Dans l'exposé des motifs il est signalé qu'en 2015, 605 décès par suicide d'assurés du régime agricole ont été identifiés. La Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole (CCMSA) a calculé le taux de suicide à partir des données du Système national des Données de santé (SNDS) : sur les 605 suicides recensés en 2015, 496 l'ont été chez les hommes et 109 chez les femmes. Deux secteurs d'activité sont particulièrement concernés : l'élevage bovins-viande (un excès de suicide de 127 % en 2008 et 57 % en 2009) et l'élevage bovins-lait (un excès de suicide de 56 % en 2008 et 47 % en 2009). Le phénomène pourrait même être sous-estimé.
La proposition de loi prévoit d' améliorer le système de détection des agriculteurs en situation de fragilité. Il s'agirait notamment d'obliger tout établissement bancaire ou financier à repérer - sans porter atteinte au secret professionnel qui lui incombe - les difficultés financières d'un client chef d'exploitation agricole ou salarié agricole et à l'orienter vers un accompagnement social et psychologique.
Pour sa part Nathalie Delattre a notamment insisté sur le mal être du paysan soumis à de multiples pressions, tenaillé entre les urgences , les investissements et l'endettement, et soumis à l'agribashing. A ses yeux la proposition de loi est une alerte "qui doit apporter des réponses."
Le dossier a cependant été renvoyé devant la commission des affaires économiques du Sénat dans la perspective du lancement d'une enquête sur le suicide agriculture, ce qui pourrait prendre la forme d'une commission d'enquête.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :



Paysud Mag. Responsable: Gilbert Garrouty, journaliste
Contact:info@paysud.com