PaySud mag

Une association dénonce la castration à vif des porcelets mâles

L'IGP Jambon de Bayonne dans le collimateur des défenseurs de la cause animale

En pleine crise de "d'agribashing", les agriculteurs et particulièrement les éleveurs de porcs n'avaient pas besoin de ça. Les associations de protection animale Welfarm et DXE diffusent ce jour une vidéo de l'horreur qui met particulièrement en cause le jambon de Bayonne à propos de la castration à vif des porcelets mâles. Description écrite détaillée de la vidéo tournée au mois d'août dans un élevage de la zone IGP :
"Un homme et une femme entrent dans le couloir, poussant ce que la profession appelle un « chariot de soin ». Aujourd’hui ils vont castrer 4 lots de porcelets. Leurs mères, couchées sur du béton et enfermées dans des cages de contention, ont mis bas il y a quelques jours. Aucun porcelet mâle n’est épargné : même les animaux en train de téter sont arrachés à leurs mères. L’opératrice les saisit un par un, les bloque entre ses jambes, sectionne leur chair au scalpel. Les hurlements sont assourdissants. Elle sort les testicules des bourses, fouille avec ses doigts… et tranche. Puis elle repose les porcelets sans ménagement, plaie ouverte, parfois à même les excréments de leur mère..."
Welfarm appelle l'IGP jambon de Bayonne à supprimer "immédiatement" la castration à vif des porcelets mâles de son cahier des charges. Pour contrer la promotion de la spécialité qui est un des fleurons de l'agroalimentaire du sud-ouest. "Un camion publicitaire sillonnera les rues de la cité basque pendant 2 jours avec, à l’affiche, la vraie recette du jambon de Bayonne : enfermement à vie des animaux, coupe de la queue à vif et castration sans anesthésie. Une publicité détournée dont le but est de dévoiler au public les dessous d’une production, pas aussi honorable qu’elle le prétend."
Les éleveurs dont les porcs sont destinés au jambon de Bayonne ne sont pas les seuls à recourir à cette pratique qui vise à éliminer tout risque d'odeur de verrat lors de la cuisson de viande de porc issue de mâles. Selon l'association c'est le cas pour 85% des porcs élevés en France, soit 10 millions d'animaux par an. Or pour Welfarm des alternatives existent avec l'élevage des animaux entiers (non castrés). Elles sont utilisées par les éleveurs d'autres pays, dont la Hollande, et l'Allemagne interdira la castration à vif en 2021. Il est à noter qu'il existe une directive européenne sur le sujet, mais elle n'interdit que dès l'âge de 7 jours des porcelets, ce qui permet l'amputation des bébés cochons mâles peu après leur naissance....


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Paysud Mag. Responsable: Gilbert Garrouty, journaliste
Contact:info@paysud.com